ALERTES PRÉVENTION

BURNOUT: actualité brûlante !

« Retour à la liste

 

L’adoption  du projet de loi  REBSAMEN a permis de réfléchir sur le burnout.

Ce syndrome d'épuisement professionnel ne figurera pas au tableau des maladies professionnelles, mais des commissions régionales pourront, selon des cas très précis, autoriser la prise en charge du salarié par la branche accidents du travail - maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale, financée par les cotisations des entreprises.

 

Le burnout : mal moderne. Qu’est ce que c’est ?

« C'est la maladie du toujours plus, du surengagement, physique et psychique »

 

Un mal qui mûrit lentement, avec des symptômes variés, avant de basculer vers la dépression. Si ce n'est le suicide. (En 2008-2009 suicides chez Orange).

Faute de données, impossible de compter les victimes : les tableaux de maladies professionnelles ne mentionnent aucune maladie due à des facteurs psychiques.

 

Les facteurs alimentant le stress  au travail sont désormais identifiés :

- rythme accru des réorganisations,

- peur du chômage,

- essor des organisations matricielles qui imposent un reporting permanent,

- nouvelles formes de taylorisme dans le tertiaire (« lean management »),

- omniprésence des e-mails et des portables qui empêchent de déconnecter,

- pression aux résultats avec la financiarisation de l'économie…

 

Selon une étude du ministère du Travail, 9 % des salariés sont « surexposés » aux risques psychosociaux (RPS), et 13 % n'en sont pas loin.

Outre les dépressions, le stress entraîne du diabète, de l'hypertension, de l'obésité, des accidents cardio vasculaires. 

 

Comment mesurer sa souffrance et son épuisement au travail ?

Toutes pièces médicales (certificats médicaux) attestant de cet épuisement seront indispensables, outre toutes autres pièces, de préférence écrite, pouvant prouver le burnout.

Malgré une démarche lourde pour les salariés en état de burnout, ces derniers pourront donc dorénavant faire reconnaître leurs maladies psychiques en maladies professionnelles.

Même si l’on peut évidemment considérer ces dispositions comme une « avancée », il n’en reste pas moins que contraindre un salarié, cadre ou non cadre, déjà en état de dépression, souvent sévère, à saisir le comité aux fins de reconnaissance de son burnout en maladie professionnelle est objectivement et concrètement peu protecteur pour le salarié déjà épuisé à l’avance à l’idée du parcours d’obstacles qui l’attend.

 

Maître Martine BENAIS.

 

 

Pour en savoir plus sur le burnout : téléchargez ce document 

 

NOTRE ACTUALITÉ

COVID-19 : les acteurs d'AEQUALIS PREVENTION restent - à leurs domiciles - ET - à votre disposition - pour mettre à jour votre DOCUMENT UNIQUE !

Diagnostic TMS : Aequalis Prévention renforce son partenariat avec IRP Auto Solidarité Prévention

Pour améliorer votre navigation sur notre site, nous utilisons des cookies.
En continuant votre visite, vous acceptez notre politique de cookies. Cliquez sur en savoir plus, pour paramétrer votre navigateur. En savoir plus Continuer